La Fédération de la Maille, de la Lingerie & du Balnéaire
0%
31/05/2018

Le marché britannique de la lingerie : priorité au confort et au raffinement

marché britanique de la lingerie
Selon Mintel, le marché de la lingerie féminine était estimé à près de £3 Mds (3,42 Mds d’€) en 2017. Sensible aux tendances, il a enregistré une progression de +2,1% par rapport à l’année précédente. Inspirée par la tendance « athleisure » ainsi que par l’influence croissante des réseaux sociaux et des célébrités à l’instar de Karlie Kloss et Gigi Hadid, la lingerie féminine tend progressivement vers des articles plus confortables et légers. Ils épousent la silhouette sans la modifier mettant en valeur d’autres parties du corps que la poitrine. On constate à cet effet que les ventes de soutiens-gorge push-up ont chuté de 50% par rapport à 2016 et celles des modèles rembourrés de 20%.

Après avoir conquis l’habillement, « l’athleisure » (contraction des mots anglais pour « athlétisme » et « loisirs »), investit maintenant le secteur de la lingerie. Les mots d’ordre sont confort et naturel : les soutiens-gorge sans armatures et de sport ont vu leurs ventes augmenter de 18% et 27% respectivement. Sharon Webb, directrice des achats chez Debenhams, déclare que la mode décontractée a entraîné une forte demande de sous-vêtements souples et capables d’apporter du confort tout au long de la journée. La marque allemande Sloggi confirme cette tendance et parle même d’un mouvement culturel qui serait là pour rester.

Selon Katie Smith, analyste chez Edited, la montée du féminisme et l’engouement pour un corps plus sain expliquent la nouvelle tendance pour un style naturel, où la lingerie épouse le corps sans le modifier. La popularité de ces sous-vêtements promouvant le confort et l’acceptation de son corps n’empêche pas le maintien de l’esthétique : les brassières, conçues avec une structure minimaliste, sont d’autant plus appréciées en raison de leur design très féminin : motifs fleuris, dentelle, cuir, chaînes ; que l’on retrouve dans des marques comme Loveday London et Edge O’ Beyond. Ces sous-vêtements peuvent donc être portés en toutes occasions pour leur confort et leur raffinement. Eloise Monaghan, fondatrice de la marque de lingerie Honey Birdette affirme cependant que la lingerie érotique a toujours fait partie de la culture Britannique et a de beaux jours devant elle.
La demande pour des sous-vêtements moins rigides n’a cependant pas complètement évincé celle pour de la lingerie avec un minimum de soutien. Le compromis est « l’hybride » : la brassière avec une structure invisible, parfaite pour les fortes poitrines nécessitant plus de maintien. Le style « bralette », accessible à tout type de poitrine.

En dépit d’un environnement économique difficile, le marché de la lingerie au Royaume-Uni reste dynamique, avec de nouvelles attentes. Aliza Reger, PDG de l’enseigne de lingerie Janet Reger parle du « lipstick factor » : effet qui, en période d’incertitude économique, pousse les consommateurs à se faire plaisir en achetant des produits de luxe, mais parmi les moins chers - des sous-vêtements plutôt qu’une robe par exemple.

D’après Mintel, le marché de la lingerie au Royaume-Uni devrait atteindre £3,2 Mds (3,5 Mds d’€) en 2021, soit une progression de +6,6% par rapport à 2017.

Drapers, Underlines Magazine
Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour en savoir plus, cliquer sur ce lien.