La Fédération de la Maille, de la Lingerie & du Balnéaire
0%
Inscriptions

Sourcing mondial 2018

Sourcing

Principales tendances de sourcing de l'Union européenne



A hauteur de 84,3 milliards d'euros, les importations européennes d'habillement ont augmenté de +2,2% en 2018.
La Chine reste le principal fournisseur de l’Union européenne, même si sa part de marché diminue depuis quelques années, (31,8% en 2018 vs 33,1% en 2017). Les importations de l’UE en provenance de l’Empire du Milieu ont reculé de -1,9% en valeur en 2017 et de -5,7% en volume, ce qui implique que les prix unitaires chinois sont repartis à la hausse. En effet, en euros, les prix unitaires des produits chinois ont progressé de +4,1% en 2018, après une chute de respectivement -7,4% et de -2,4% en 2016 et 2017.
En conséquence, les donneurs d’ordre européens se tournent davantage vers d’autres fournisseurs, à l’instar du Bangladesh, du Cambodge, du Pakistan et du Vietnam, qui ont respectivement gagné +2, +0,3 (Cambodge et Pakistan) et +0,2 points de parts de marché en 2018. Ces trois pays bénéficient d’une main d’œuvre aux salaires plus bas qu’en Chine, d’usines de plus en plus performantes qui sont généralement issues d’investissements chinois. De plus, ces pays bénéficient de régimes préférentiels sur les droits de douane, à 0% pour le Bangladesh, le Cambodge et le Pakistan, tandis que les droits de douane du Vietnam sont à 9,6% (Régime SPG avec réduction de 20% sur les tarifs douaniers).
Toutefois, l’Union européenne a annoncé entamer en février 2019, la procédure de retrait du Cambodge du programme "Tout Sauf les Armes", qui devrait durer 18 mois.
Le Bangladesh demeure le second plus gros fournisseur d’habillement de l’UE derrière la Chine, avec une croissance de +6,1% en valeur de ses exportations. Cependant, les salaires minimums mensuels des travailleurs bangladais ont fortement augmenté en 2018 de +50,9% en monnaie locale. De plus, les entreprises manufacturières, qui se modernisent, et le personnel, de plus en plus qualifié, réclament une augmentation des prix de revient pour les donneurs d’ordre étrangers.
Une fois encore, l’année 2018 a été marquée par une croissance exceptionnelle du Myanmar(+51,9% en valeur et +57,2% en volume). Ce dernier a gagné +0,6 points de parts de marché et gagné 2 places au classement, passant de la 12ème à la 10ème place des principaux fournisseurs d’habillement de l’UE.
La zone Euromed (Turquie, Maroc, Tunisie, Egypte) augmente légèrement ses exportations, avec notamment +1,8% en valeur pour la Turquie, +3,1% pour le Maroc, +3,8% pour la Tunisie et +9,2% pour l’Egypte.
Pour ce qui est de l’Europe de l’Est, on observe une hausse des importations européennes en valeur depuis l’Albanie +11,4%, la Moldavie +6,3% et la Serbie +2,8%. Cette dernière a gagné 17 places au classement des principaux fournis-seurs d'habillement de l'UE en 12 ans. L’Albanie quant à elle, est mieux positionnée au classement en volume qu'en valeur, ce qui semble indiquer une compétitivité prix intéressante, notamment comparé à l’Egypte, par exemple, dont le volume d’exportation vers l’UE est similaire, mais dont la valeur est plus forte de +9,7%.











Principales tendances de sourcing de l'Italie


L’Italie se repose majoritairement sur ses voisins européens lorsqu’il s’agit d’importer des produits d’habillement. Pourtant, en 2018, les donneurs d’ordre italiens ont fortement diminué leurs commandes auprès des zones de sourcing en proche-import : une nette régression est à observer du côté de l’Espagne (-15,9% en valeur), de la Roumanie (-7,7%), de la Croatie (-13,6%) et de la Turquie (-13,2%). Seul le Portugal a vu ses exportations d’habillement vers l’Italie croître, avec une progression de +23,7% en valeur et de +44,9% en volume. Les pays producteurs avec des coûts salariaux moindres tels que l’Albanie, la Bulgarie, la Bosnie, la Moldavie et la République Tchèque ont également constaté des hausses de leurs exportations de respectivement +8,8%, +7,7%, +40,1%, +1,7% et +78,3%.
En 2018, la Tunisie, premier fournisseur de l’Italie sur la zone paneuromed, affiche une hausse de +1,2% en valeur, et +1,5% en volume. Le Maroc n’est pas en reste, avec +12,7% de ses exportations en valeur. Toutefois, à la 20ème place au classement des principaux fournisseurs d’habillement de l’Italie, le Maroc reste loin derrière la Tunisie qui totalise 4% de parts de marché.
Du côté des fournisseurs asiatiques de l’Italie, les grands gagnants sont, en 2018, les challengers de la Chine tels que le Bangladesh qui a gagné +0,2 point de part de marché et a vu ses exportations augmenter de +1,8%. Les exportations du Cambodge et du Myanmar ont encore progressé de manière exceptionnelle avec respectivement +15,4% et +38,9%.





Principales tendances de sourcing de l'Allemagne


Tout comme leurs voisins italiens, les donneurs d’ordre allemands pratiquent un sourcing de proximité, en gardant un bel équilibre entre fournisseurs proche import et grand import. La Pologne et l’Italie se placent en tête des pays européens fournisseurs de l’Allemagne. Tandis que la première a vu ses exportations augmenter de +4,3% en valeur, celles de l’Italie ont diminué de -5%. L’Espagne gagne également +0,6 point de parts de marché, et augmente ses exportations vers l’Allemagne de +23,4% en valeur.
Dans la zone Asie, la Chine reste le premier exportateur d’habillement vers l’Allemagne, même si sa part de marché a diminué de -1 point entre 2017 et 2018, au profit notamment du Bangladesh (+0,9 point). Les exportations du Vietnam ont diminué de -1% en valeur. A contrario, le Cambodge et le Myanmar ont accentué leur pression sur le marché allemand, puisque le premier a gagné +0,3point de parts de marché et le second +0,4 point.
Enfin, la Turquie, qui a pour premier client européen l’Allemagne, s’est fait devancer en 2018 par la Pologne, se classant ainsi en 4ème position et perdant -0,3 point de parts de marché.


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour en savoir plus, cliquer sur ce lien.