La Fédération de la Maille, de la Lingerie & du Balnéaire
0%

Tendances du Sourcing mondial

@Sourcing
PRINCIPALES TENDANCES DE SOURCING DE L'UNION EUROPÉENNE


A hauteur de 87,9 milliards d'euros, les importations européennes d’habillement ont augmenté de +4,3% en 2019 comparé à 2018.

La Chine reste le principal fournisseur de l’Union Européenne, toutefois sa part de marché continue de diminuer chaque année, avec 30,5% en 2019 contre 31,9% en 2018. Les importations de l’UE en provenance de l’Empire du Milieu ont reculé de -0,2% en valeur en 2019. Elles ont également diminué en volume, de -6,5%, ce qui indique que les prix unitaires chinois sont repartis à la hausse. Les donneurs d’ordres européens se tournent en conséquence davantage vers d’autres fournisseurs, à l’instar du Bangladesh, du Cambodge, du Pakistan et du Vietnam, qui ont gagné, en 2019, respectivement +0,8 point de parts de marché, +0,3 point, et +0,2 point. Ces pays bénéficient d’une main d’œuvre aux salaires plus bas qu’en Chine et d’usines de plus en plus performantes qui sont généralement issues d’investissements chinois ; ces derniers ayant été les premiers à délocaliser dans ces pays. 

Ces pays bénéficient de régimes préférentiels sur les droits de douane, à 0% pour le Bangladesh, Cambodge et le Pakistan, tandis que les droits de douane du Vietnam sont à 9,6% (Régime SPG avec réduction de 20% sur les tarifs douaniers). Ceci devrait toutefois changer dans les mois à venir, car la Commission du Commerce International du Parlement européen a adopté le 21 janvier 2020 un accord de libre-échange avec le Vietnam. La suppression des droits de douane sera effectuée par étape en dix ans. Dans le même temps, la Commission européenne a décidé de retirer une partie des préférences tarifaires accordées au Cambodge dans le cadre du programme commercial "Tout sauf les armes (TSA)" de l’Union européenne. Ce retrait des préférences commerciales et leur remplacement par les tarifs standards de l’UE a pris effet le 12 août 2020.
Le Bangladesh demeure le second plus gros fournisseur d’habillement de l’UE derrière la Chine, avec une croissance de +8,4% en valeur de ses exportations. Après le drame du Rana Plaza en 2013, les entreprises manufacturières se sont modernisées, et le personnel, de plus en plus qualifié, s’organise pour réclamer des augmentations de salaires, ce qui a fait passer ce dernier de 68 dollars par mois minimum en Janvier 2018 à 97 dollars en Janvier 2019, soit une augmentation de +43% en un an.

Une fois encore, l’année 2019 a été marquée par une croissance exceptionnelle du Myanmar (+41,6% en valeur et +37,6% en volume). Ce dernier a gagné +0,7 point de parts de marché et gagné 1 place au classement, passant de la 10ème à la 9ème place des principaux fournisseurs d’habillement de l’Union européenne, devançant pour la première fois la Tunisie.
La zone Euromed (Turquie, Maroc, Tunisie, Égypte) augmente légèrement ses exportations, avec notamment +3,9% en valeur pour la Turquie, +0,5% pour le Maroc et +2,6% pour l’Égypte. La Tunisie a vu, de son côté, ses exportations d’habillement vers l’Union européenne décroître de -1,7% en valeur, et de -4,9% en volume.

Pour ce qui est de l’Europe de l’Est, on note également une hausse des importations européennes en valeur depuis l’Albanie +2,9%, la Serbie +2%, l’Ukraine +2%, ou encore la Bosnie avec +0,7%.












PRINCIPALES TENDANCES DE SOURCING DE L'ITALIE

A l’inverse de leurs voisins européens, les donneurs d’ordres italiens pratiquent un sourcing beaucoup plus équilibré entre les zones de grand et proche import. Les approvisionnements textiles de l’Italie reposent principalement sur les pays européens limitrophes. En 2019, le sourcing asiatique représente 53% des approvisionnements des 25 premiers fournisseurs d’habillement de l’Italie, contre 54% l’année précédente. Les pays manufacturiers d’habillement européens ont donc bénéficié d’un regain d’intérêt de la part des importateurs italiens, avec des progressions en Espagne (+21,3% en valeur), en Roumanie (+0,4%), en Turquie (+7,6%), mais aussi en Albanie (+1,0%), en Croatie (+0,6%) et en Hongrie (+33,6%). Seules la Bosnie (-9,8%) et la Pologne (-24,7%) ont vu leurs exportations d’habillement vers l’Italie décroître en valeur, en 2019.

Tout comme les exportations tunisiennes à destination de la France, celles vers l’Italie ont également subi un revers en 2019, avec une baisse de -2,8% en valeur et -3,8% en volume. Le pays souffre d’un manque de compétitivité et de modernisation de son industrie, notamment au profit de la Turquie où les acheteurs industriels trouvent davantage d’usines intégrées et de possibilité de sourcer du tissu sur place, contrairement à la Tunisie.

Du côté des pays fournisseurs asiatiques de l’Italie, les grands gagnants sont les challengers de la Chine : le Bangladesh a gagné +0,5 point de part de marché et a vu ses exportations augmenter de +6,6% en valeur. Les exportations du Cambodge, du Vietnam et du Myanmar ont encore progressé de manière exceptionnelle avec respectivement +7,5%, +20% et +23,9%.








PRINCIPALES TENDANCES DE SOURCING DE L'ALLEMAGNE

A l’instar de l’Italie, les donneurs d’ordre allemands pratiquent un sourcing de proximité, en gardant un bel équilibre entre fournisseurs proche import et grand import. Parmi les 25 premiers fournisseurs d’habillement de l'Allemagne, 52% sont des fournisseurs asiatiques, contre 48% des fournisseurs de proche import (+1 point par rapport à 2018).

La Chine reste le premier exportateur d’habillement vers l’Allemagne, bien que sa part de marché diminue chaque année, perdant -2,2 points entre 2017 (16,2% du total des importations allemandes d'habillement) et 2019 (14,0%). Cette perte de vitesse profite au Bangladesh, qui a augmenté ses exportations de +1,5% en valeur en 2019. Dans la région, les exportations du Cambodge vers l’Allemagne ont diminué de -4,5% en valeur tandis qu’elles ont crû de +2,4% au Vietnam. Quant au Myanmar, sa part de marché ne cesse d’augmenter, et le pays surpasse maintenant la Roumanie en termes d’exportations d’habillement vers l’Allemagne, avec des hausses de +39,5% en valeur et +38,1% en volume.

La Turquie, qui a l’Allemagne pour premier client européen, s’est fait devancer en 2019 par la Pologne au classement des principales zones d’importations d’habillement de l’Allemagne, se classant ainsi en 4ème position. A l’inverse, la Tunisie a renforcé ses liens avec le marché allemand, qu’il visait depuis plusieurs années avec, en 2019, une augmentation de +10,5% de ses exportations en valeur.



Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Pour en savoir plus, cliquer sur ce lien.